La crise de la quarantaine

1973/2013

1973

Premier choc pétrolier la première crise.

Modification des statuts de la Banque de France par la loi 73-7 du 3 janvier 1973

article 25

Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la Banque de France.

1992

Traité de Maastricht

(traité sur l’Union Européenne)

Article 107

Dans l’exercice des pouvoirs et dans l’accomplissement des missions et des devoirs qui leur ont été conférés par le présent traité et les statuts du SEBC, ni la BCE, ni une banque centrale nationale, ni un membre quelconque de leurs organes de décision ne peuvent solliciter ni accepter des instructions des institutions ou organes communautaires, des gouvernements des États membres ou de tout autre organisme.

Les institutions et organes communautaires ainsi que les gouvernements des États membres s’engagent à respecter ce principe et à ne pas chercher à influencer les membres des organes de décision de la BCE ou des banques centrales nationales dans l’accomplissement de leurs missions.

Article 108

Chaque État membre veille à la compatibilité de sa législation nationale, y compris les statuts de sa banque centrale nationale, avec le présent traité et les statuts du SEBC, et ce au plus tard à la date de la mise en place du SEBC.

1993

Modification du statut de la Banque de France

Loi n° 93-980 du 4 août 1993

article 3

il est interdit à la Banque de France d’autoriser des découverts ou d’accorder tout autre type de crédit au Trésor public ou à tout autre organisme ou entreprise publics. L’acquisition directe par la Banque de France de titres de leur dette est également interdite.

Des conventions établies entre l’Etat et la Banque de France précisent, le cas échéant, les conditions de remboursement des avances consenties jusqu’à la date d’entrée en vigueur de la présente loi au Trésor public par la Banque de France.

Les dispositions du premier alinéa ne s’appliquent pas aux établissements de crédit publics qui, dans le cadre de la mise à disposition de liquidités par la Banque de France, bénéficient du même traitement que les établissements de crédit privés.

2008

Crise des Subprimes

(prêts hypothécaires pourris aux Etats Unis)

première étape

des financiers américains décident d’exploiter les classes les plus modestes en accordant des prêts sans conditions, sachant pertinemment qu’ils ne seront pas remboursés, mais peu importe ils se paieront sur la bête, saisies des biens, expulsions.

seconde étape

d’autres financiers « titrisent » ces dettes pourries (triturent,mélangent,camouflent) pour les refourguer à d’autres avec l’aval des agences de notation.

épilogue

tout le système financier mondial est contaminé, les pertes sont colossales, les plus grands établissements financiers s’écroulent, l’un d’entre eux, pour des raisons de concurrence entre hyènes de la finance, est sacrifié, Lehman Brothers, générant la panique mondiale.

Réponse des Etats

on sauve les banques de droit privé par apport d’argent public (la collectivité paie pour sauver des irresponsables malfaisants) à coup de milliers de milliards, aggravant de ce fait les dettes publiques d’états déjà surendettés qui doivent continuer à se financer, contre intérêts cause première de leur surendettement, sur les marchés financiers qu’ils ont sauvegardés.

et on impose aux Etats de faire des économies pour apurer leurs dettes (politique d’austérité) engendrant chômage, régression des revenus, misères sociales.

on met à profit cette sympathique opportunité pour promouvoir les réformes structurelles, autrement dit, détruire les structures de solidarité sociales, assurances chômage, assurances maladies, retraites…et abolir le droit du travail.

2010

Constitution Européenne

Article 123

1. Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées «banques centrales nationales», d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres; l’acquisition directe, auprès d’eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite.
2. Le paragraphe 1 ne s’applique pas aux établissements publics de crédit qui, dans le cadre de la mise à disposition de liquidités par les banques centrales, bénéficient, de la part des banques centrales nationales et de la Banque centrale européenne, du même traitement que les établissements privés de crédit.

2013

France « accord » sur la fléxi-sécurité du travail

facilite les procédures de licenciement, le recours au chômage partiel et la baisse des salaires.

1973/2013 quarante ans de « crise » pour revenir sur tous les acquis sociaux et instaurer l’hégémonie du pouvoir financier, mettre en place toutes les conditions de l’autodestruction.

La crise de la quarantaine coluche_pdt_011

« Les hommes politiques, j’vais vous faire un aveu, ne sont pas bêtes.

Vous vous rendez compte de la gravité ?

Ils sont intelligents.

Ca veut dire que tout ce qu’ils font, ils le font exprès.

Ils y réfléchissent, ils y pensent.

Parce que, vous comprenez, si c’était des cons, ça irait tout seul.

On dirait : « Bon, beh, c’est des cons. » Nan, nan, nan, nan.

Les présidents et les dirigeants des pays qui ont laissé crever l’Afrique, l’Amérique du Sud et bientôt les Indes, c’est des gens qui le font exprès. »

« Y a des gars qui vendent de l’intelligence et qui n’ont pas un échantillon sur eux…… »

Le meilleur reste à venir, dormez braves gens.

Régression historique

Dossier éco INSEE Janvier 2014

WebAnalytics

6 Réponses à “La crise de la quarantaine”

  1. Le 1 février 2013 à 13 h 42 min fred a répondu avec... #

    Vois pas trop bien le rapport avec le choc pétrolier, Maastricht et les subprimes. Revenir sur tous les acquis sociaux me semblent pour le moins disproportionné avec la réalité.. Me vient cette réflexion de Jaurès : « Pour bien servir son idéal, il faut comprendre le réel »

  2. Le 1 février 2013 à 14 h 08 min demandezleprogramme a répondu avec... #

    J’apprécie ta sollicitude quand à ma capacité de compréhension du monde ou nous vivons, la réflexion de Jaurès est très pertinente.

  3. Le 3 février 2013 à 8 h 52 min yakafoke a répondu avec... #

    Bonjour, c’est clair comme de l’eau de roche, tout est mis en place pour entuber le citoyen, et faire perdurer par quelque chemin que se soit le libéralisme financier…
    J’ai voté non à Maastricht, car non à cette Europe capitaliste, j’ai voté non au traité de Lisbonne le 25 mai 2005, toujours avec la même réflexion, le lundi 4 février 2008, les ump-ps ont violé le référendum et les socs ont entériné ce viol en faisant passer le traité concocté par Sarko et Merkel…bref chacun comprend le monde à sa façon, l’idéal c’est surtout d’agir…

  4. Le 5 février 2013 à 14 h 47 min fred a répondu avec... #

    alors, on vient aux nouvelles????

    Merci de ta fidélité!

  5. Le 11 février 2013 à 11 h 57 min lila scott a répondu avec... #

    bravo, merci de cette piqure de rappel pédagogique, c’est clair que le chemin vers la démocratie est long!

  6. Le 15 février 2013 à 7 h 34 min ATM a répondu avec... #

    Bonjour,

    Bon rappel historique, on pourrait ajouter: 2013, les chefs d’états européens affament les citoyens: le PEAD initié par Coluche est réduit de 40% à compter de 2014.

Ajouter votre réponse

Pcfrontdegauche Pontchâteau... |
REOXYGENER LA VIE POLITIQUE |
Mrpropresoussurveillance |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ipolitis
| Infoalternative
| ECJS : bilan d'une année