management

« Conforme aux bonnes pratiques » !!!

Le PDG d’Alstom, Patrick Kron, ne compte pas renoncer à son super bonus de 4 millions d’euros

AFP
Publication: 20/12/2014 09h15 CET Mis à jour: il y a 2 heures

ÉCONOMIE – Le PDG d’Alstom, Patrick Kron, a indiqué vendredi sur France info qu’il n’avait pas l’intention de renoncer à la prime d’environ 4 millions d’euros que le conseil d’administration a décidé de lui allouer, à l’issue de la transaction avec General Electric.

« Le conseil d’administration a dit oui. Il s’est appuyé sur le haut conseil de la gouvernance qui traite des questions relevant de la direction des entreprises cotées, qui a également considéré que c’était conforme aux bonnes pratiques », a déclaré Patrick Kron. A la question de savoir s’il allait, comme certains dirigeants, renoncer sous la pression, il a répondu qu’il n’en avait « pas l’intention ».

Au terme d’une assemblée générale extraordinaire vendredi, les actionnaires d’Alstom ont entériné la vente pour 12,35 milliards d’euros de 70% des activités d’Alstom au conglomérat américain General Electric (GE).

L’équivalent de 150.000 actions

L’assemblée générale a été ponctuée d’échanges tendus avec le PDG, qui a été vivement critiqué pour sa volonté de quitter Alstom à l’issue de la finalisation de la transaction, prévue mi-2015, et pour la prime exceptionnelle qu’il touchera s’il mène l’opération à son terme.

Le conseil d’administration a en effet décidé à l’unanimité de lui allouer « une rémunération conditionnelle exceptionnelle » d’un montant équivalent à « la contre-valeur de 150.000 actions », soit environ 4 millions d’euros en retenant le cours du titre vendredi.

« Je vais passer la main parce que l’évolution de l’entreprise fait quelle se recentre sur le transport (…) et cela me conduit à partir », a-t-il expliqué sur France info.

Patrick Kron a par ailleurs assuré que l’affaire de corruption dans laquelle le groupe est impliqué aux États-Unis n’avait « joué en rien dans la décision qui a été prise » de céder le pôle énergie d’Alstom à GE.( Alstom serait sur le point de s’acquitter de 570 millions d’euros d’amende auprès de la justice américaine, finalement ce sera 630 millions d’euros, il s’agit de la plus importante amende infligée à une entreprise par le gouvernement fédéral américain pour violation de la législation des Etats-Unis relative à la corruption. On a vraiment la cote aux US).

 

Alstom va conserver des parts dans trois coentreprises avec GE, spécialisées dans les réseaux électriques, les énergies renouvelables et le nucléaire. Il s’agit d’éviter, dixit Arnaud Montebourg, «une dévoration» du français par l’américain. Sauf qu’Alstom ne sera que spectacteur. GE va détienir «50 % plus une action en capital et en droits de vote» dans les deux principales coentreprises et «80 % du capital et 50 % plus deux voix en droits de vote» dans le nucléaire. En d’autres termes, c’est l’Américain qui prendra les décisions stratégiques, tiendra les cordons de la bourse et aura le pouvoir de nommer les dirigeants, excepté le directeur technique qui sera une prérogative française. Pour Alstom, il s’agit donc là plus d’une réserve financière plus qu’un projet industriel. D’ailleurs, en cas de coup dur, Alstom pourra céder l’intégralité de toutes ses parts d’ici 5 à 6 ans. Les mugissements d’Arnaud Montebourg auront été alors étouffés par la réalité économique !

Reste une inconnue. Le projet d’alliance avec GE prévoit aussi que l’État devienne in fine l’actionnaire principal du nouvel Alstom. L’Etat aura 20 mois à partir de la finalisation pour acquérir ou non jusqu’à 20% du capital du groupe sur le marché ou auprès de Bouygues. Mais au moment où l’Etat cède des participations dans certaines entreprises, cette opération illusoire.

Pour General Electric, qui s’est engagé à embaucher en France plus de 1 000 personnes dans les trois années à venir, l’acquisition de la branche énergie d’Alstom est la plus importante de son histoire et va lui permettre de demeurer en tête du secteur. En outre, pour emporter la mise, l’Américain a fait des concessions en promettant la localisation de certaines activités en France ou le développement de certaines usines. Son siège mondial pour les énergies marines renouvelables sera implanté Nantes.

source Le Parisien

« Au travers du Programme d’Intégrité d’Alstom, j’ai le souci constant de renforcer régulièrement cette approche et de faire en sorte que l’application rigoureuse de nos règles et de nos valeurs ne souffre aucune exception. En tant que garant, je compte sur chacun d’entre nos collaborateurs pour se conduire de manière exemplaire en toutes circonstances. »

Patrick Kron Président-directeur général

niveau de rémunération

a_kron_DS rémunération dans management

WebAnalytics

Mots-clefs :

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Pcfrontdegauche Pontchâteau... |
REOXYGENER LA VIE POLITIQUE |
Mrpropresoussurveillance |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ipolitis
| Infoalternative
| ECJS : bilan d'une année