Portugal

Grève au Portugal

Le Portugal au ralenti pour sa 4e grève générale en 2 ans:

AFP le 27/06/2013 à 13:35

Trains et métros à l’arrêt, administrations fermées, transports aériens perturbés: le Portugal connaissait jeudi sa 4e grève générale en deux ans, convoquée par les syndicats contre la politique d’austérité réclamée par les créanciers du pays sous assistance financière.

La grève, lancée par les deux principaux syndicats, la CGTP, proche du Parti communiste, et l’UGT, historiquement plus modérée, devait être ponctuée de manifestations à travers le pays dans l’après-midi.

« L’adhésion est très forte et dépasse largement nos attentes », a déclaré en fin de matinée le chef de l’UGT, Carlos Silva, tandis que celui de la CGTP, Armenio Carlos, qui réclame des législatives anticipées, a espéré la veille une « grande participation » pour « fragiliser davantage le gouvernement ».

La grève de jeudi est la deuxième organisée conjointement par les deux syndicats depuis celle de novembre 2011, cinq mois après l’arrivée au pouvoir du gouvernement de centre droit. La CGTP avait convoqué seule celles de mars et novembre de 2012.

Mais l’espoir des deux centrales d’étendre le mouvement au secteur privé, faiblement syndicalisé, semblait déçu. « Les chiffres pour le privé n’atteignent pas ceux de l’administration publique », a ainsi admis Carlos Silva. « Mais c’est un signal clair pour le gouvernement que la voie qu’il a choisie n’est pas la bonne », a-t-il ajouté.

La production était toutefois arrêtée dans la grande usine Volkswagen des environs de Lisbonne, « Auto Europa », tandis que selon la CGTP, l’activité de la principale centrale du groupe électricien EDP était paralysée à 70% à Sines, à 160 km au sud de Lisbonne.

Le gestionnaire des aéroports, ANA, a indiqué dans la matinée que 22 vols avaient été annulés, dont 17 à Lisbonne, tandis que de nombreux retards étaient enregistrés.

Les services de Santé étaient également touchés et à l’hôpital Sao José, l’un des plus importants de Lisbonne, seules les opérations chirurgicales urgentes étaient pratiquées, rapportait la télévision privée Sic.

Les médias public étaient également touchés, l’agence de presse Lusa ayant interrompu son service dès 8H00 GMT.

Sous le regard de la « troïka »

La capitale, où une manifestation était prévue vers 13H30 GMT, vivait au ralenti. « Je suis d’accord pour qu’on manifeste notre indignation. Mais si je restais à la maison je nuirais à mon patron alors que tout est de la faute du gouvernement », estimait Sergio, un tourneur-fraiseur de 35 ans dans l’attente d’un des rares autobus circulant encore dans le cadre d’un service minimum.

« Je ne suis pas d’accord avec la grève, car elle ne fait que gêner ceux qui veulent travailler et le pays perd beaucoup d’argent », estimait en revanche Luisa Magalhaes, 35 ans, comptable dans le privé.

Tout en reconnaissant le « droit inaliénable » de faire grève, le Premier ministre, Pedro Passos Coelho, fervent partisan de l’austérité, n’en a pas moins souligné, la veille au Parlement, que « le pays a besoin de moins de grèves et de plus de travail », lors d’une intervention perturbée par des contestataires.

La grève générale se déroule sous le regard de la « troïka » UE-BCE-FMI représentant les bailleurs de fonds du Portugal, qui a entamé lundi une mission à Lisbonne pour préparer la prochaine évaluation trimestrielle devant débuter le 15 juillet.

M. Passos Coelho bénéficie toujours de l’appui des créanciers qui, reconnaissant ses efforts pour redresser les finances du pays, lui ont accordé jusqu’à 2015 pour ramener le déficit public au-dessous des 3% du PIB, le plafond fixé par Bruxelles.

Le Premier ministre n’a toutefois pas exclu de demander un nouvel allégement des objectifs qui serait le troisième depuis le début de la mise en oeuvre du plan de sauvetage financier de 78 milliards accordé en mai 2011 par l’Union européenne et le Fonds monétaire international.

La politique d’austérité a augmenté plus que prévu la récession et le chômage et selon des prévisions officielles, l’économie, en recul depuis deux ans, doit encore se contracter cette année de 2,3% tandis que le chômage doit atteindre le taux record de 18,2 %.

_______________________________

Quinta-feira, 27 de Junho de 2013 – 13:57

Paralisação convocada pela UGT e CGTP

Greve afeta transportes públicos

A greve geral convocada pela UGT e CGTP para esta quinta-feira está a afetar sobretudo o setor dos transportes públicos.

Ao início da manhã, registavam-se perturbações assinaláveis nos transportes na cidade de Lisboa, que estava sem autocarros, metropolitano ou comboios.

O grupo Transtejo fez saber que realizará duas ligações fluviais entre as duas margens do rio Tejo até às 13h00, sendo que o primeiro barco partiu às 07h30, para efetuar a travessia Cacilhas-Cais do Sodré. Também a ligação entre o Barreiro e o Terreiro do Paço foi assegurada por uma ligação realizada às 07h40.

Com as perturbações nos transportes públicos a obrigarem muitas pessoas a dirigirem-se a Lisboa em carros particulares, a Ponte 25 de Abril registava, ao início da manhã, a situação mais complicada no trânsito nos acessos à capital.

AGÊNCIA LUSA INTERROMPE SERVIÇO

A agência de notícias Lusa emitiu uma nota na qual informa os clientes que os seus serviços foram interrompidos devido à greve geral desta quinta-feira.

« O serviço da agência Lusa foi interrompido às 08h45 de hoje devido à greve geral. O serviço poderá ser restabelecido caso existam condições para tal », refere a nota emitida pela agência.

CGTP FALA EM FORTE ADESÃO NO SETOR PRIVADO

A Confederação Geral dos Trabalhadores Portugueses (CGTP) avança no seu site que, além do setor público, também no setor privado as empresas, em regime de laboração contínua, registam esta quinta-feira uma forte adesão à greve.

De acordo com a central sindical, três secções da EPAL têm uma adesão de 100% à paralisão: Vila Franca de Xira, Amadora e Asseiceira. Uma situação que se repete também na empresa SGSP – Saint Gobain Sekurit Portugal (Vidro Automóvel), na Lisnave, STEF (setor de alimentação), Renoldy e Auto-Estradas Litoral Norte.

TELEVISÃO PÚBLICA A MEIO GÁS

Arménio Carlos, líder da CGTP, afirmou à Rádio Renascença que “cerca de 50%” dos funcionários da RTP aderiram à paralisação.

Além da estação pública, o líder sindical refere que, os últimos dados, revelam uma forte adesão também nos restantes setores.

“Podemos dizer, de acordo com os dados disponíveis, que estamos com adesões muito significativas”, salientou.

LISTAGEM DA CGTP

Empresas do Complexo Industrial da Auto Europa – paralisação da produção

Auto Europa (Parque Industrial de Palmela) – 94% – paralisação da produção

Valorsul – Central Resíduos Sólidos Urbanos – 95% – paralisação total

Valorsul – Aterro Sanitário – 86% (encerrada)

Empresa SGSP – Saint Gobain Sekurit Portugal (Vidro Automóvel) – 100% – Paralisação da produção

Lisnave (Setúbal) – 100% – Parada

EDP – Central Termoeléctrica de Sines – 70%

Euroresinas Sonae Industria (Sines) – Produção parada

Centralcer (Sector das Bebidas) – 90% – Produção parada

Portalex (Sector Metalúrgico – Sintra) – 75%

Gros Beckert (Sector Metalúrgico – Vila Nova Gaia) – 60%

Unitrato (Sector da Restauração) – Aeroporto de Lisboa – 85%

STEF (Sector da Alimentação – Póvoa de Santa Iria) – 100%

STEF (Sector da Alimentação – Alverca) – 100%

STEF (Sector da Alimentação – Palmela) – 100%

Renoldy (Sector Alimentação – Alpiarça) – 100% – Produção parada

Visteon (Palmela) – 65%

CT / Cobert Telhas (Sector da Cerâmica) – 75% – Produção parada

Cerdomus (Sector da Cerâmica – Aveiro) – 68%

Sakhit (Sector Metalúrgico – Maia) – 70%

Fábrica Cervejas Sagres (Sector Alimentação – Vila Franca de Xira) – 100% – Produção parada

Auto-Estradas Litoral Norte – 100%

Tudor / Exide (Sector Eléctrico – Vila Franca de Xira) – 70%

EPAL – Olivais – 86%

EPAL – Vila Franca de Xira – 100%

EPAL – Amadora – 100%

EPAL – Vale da Pedra – 75%

EPAL – Asseiceira – 100%

IMPORMOL – 97%

WebAnalytics

Mots-clefs :,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Pcfrontdegauche Pontchâteau... |
REOXYGENER LA VIE POLITIQUE |
Mrpropresoussurveillance |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ipolitis
| Infoalternative
| ECJS : bilan d'une année