Espagne

Quand l’absurdité est au pouvoir

En Espagne, des familles appauvries occupent un lotissement vide:

AFP le 18/06/2013 à 10:27

Quand l'absurdité est au pouvoir dans Espagne 9b9a237cd4c32441505bfe5f9176d39c-0-628-417-3106283

Des familles posent devant des maisons occupées à Bollulos del Condado, en Espagne, le 13 juin 2013 ( AFP / CRISTINA QUICLER)

Chez Juana Alonso, le lavabo est flambant neuf mais aucun filet d’eau ne coule du robinet. Il n’y a pas non plus d’ampoules au plafond: personne n’était censé emménager dans cette maison pas encore terminée. Mais Juana ne pouvait pas attendre.

Elle n’est pas la seule: faute de pouvoir payer un loyer, environ 70 familles, dont certaines risquaient l’expulsion, ont décidé il y a trois semaines d’occuper ce pimpant lotissement de pavillons mitoyens au style andalou qui se dresse à la périphérie de Bollullos Par del Condado, une petite ville d’Andalousie, dans le sud de l’Espagne.

Particulièrement frappées par le chômage qui atteint 37% dans cette région agricole – la plus peuplée du pays avec huit millions d’habitants -, soit bien davantage que le record national historique de 27,1%, de nombreuses personnes se retrouvent à la rue, incapables d’honorer leurs traites.

« Je ne pouvais plus payer le loyer, c’était impossible », témoigne Juana, aide-soignante au chômage de 53 ans. « Ces maisons étaient ouvertes, alors nous sommes entrés », dit-elle simplement, depuis le pas de sa porte.

9b9a237cd4c32441505bfe5f9176d39c-1-628-417-3106284 Espagne dans Espagne

Une femme tient sa fille dans ses bras dans une maison occupée à Bollullos del Condado, en Espagne, le 13 juin 2013 ( AFP / CRISTINA QUICLER)

C’est à la bordure d’un pré où des chevaux paissent paisiblement, que Juana et ses voisins ont trouvé ces pavillons aux façades fraîchement peintes en blanc et jaune. Restés vides, sans eau ni électricité, ces maisons de quatre pièces avaient en partie été pillées.

« J’espère qu’ils vont se bouger un peu et qu’ils nous mettront l’eau, l?électricité et nous accorderont un loyer modéré », explique Juana en parlant des autorités locales, dont elle affirme attendre une réponse. « C’est tout ce que nous demandons. Nous sommes des êtres humains, pas des chiens. »

Comme de nombreuses autres constructions paralysées par l’éclatement de la bulle immobilière en 2008 et devenues des « villes fantômes », ce lotissement a été abandonné du jour au lendemain par ses promoteurs.

Mais ici, les maisons ont retrouvé la vie avec l’arrivée de familles asphyxiées par la crise.

« Nous sommes venus ici parce que nous n’avions pas d’autre choix », lance Toni Garcia, assise sur une chaise devant sa nouvelle maison, occupée à donner le biberon à son bébé vêtu d’une simple couche dans la chaleur étouffante.

9b9a237cd4c32441505bfe5f9176d39c-2-628-420-3106285 expulsion

Une fillette se tient devant une maison occupée à Bollullos del Condado, en Espagne, le 13 juin 2013 ( AFP / CRISTINA QUICLER)

« Je m’en fiche de dormir sur un banc mais je ne veux pas que mes enfants vivent dans la rue », explique cette femme de 23 ans qui travaillait comme saisonnière dans les grandes plantations d’oliviers de la région mais ne trouvait plus à s’employer depuis des mois.

« On payait 225 euros par mois de loyer, c’est le moins cher qu’on puisse trouver, mais je ne gagne rien et mon compagnon non plus… On allait nous expulser », poursuit-elle.

Pour éviter ces situations, le gouvernement régional andalou, de gauche, a adopté en avril, contre l’avis du gouvernement conservateur espagnol, deux mesures inédites: bloquer les expulsions de familles précaires qui ne peuvent plus payer leur loyer, ou rembourser leur prêt lorsque leur logement appartient à une banque.

D’autre part, les banques et les promoteurs immobiliers qui possèdent des logements habitables mais préfèrent les laisser vides plutôt que de les mettre sur un marché bloqué, risquent désormais une amende allant de 1.000 à 9.000 euros. Selon le gouvernement régional, 700.000 logements sont vides en Andalousie.

9b9a237cd4c32441505bfe5f9176d39c-3-422-628-3106286 logement

Des fillettes prennent de l’eau dans une petite citerne dans la rue, le 13 juin 2013 à Bollullos del Condado, en Espagne ( AFP / CRISTINA QUICLER)

Des mesures qui arrivent trop tard pour Juana, Toni et leurs nouveaux voisins qui, en attendant mieux, ont installé un grand bidon commun pour s’approvisionner en eau. Des organisations caritatives leur distribuent de la nourriture.

« Nous sommes entrés ici sans faire de dégâts, bien au contraire », affirme José Manuel Rodriguez, 34 ans, dans le couloir vide de la maison qu’il occupe avec sa compagne et sa fille de 11 ans.

Ancien saisonnier qui travaillait sur la cueillette des fraises autour de Huelva, en Andalousie, il affirme ne plus trouver non plus d’emploi. « Tout ce que nous voulons, c’est pouvoir négocier une solution digne et trouver un logement », lance-t-il.

WebAnalytics

Mots-clefs :, ,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Pcfrontdegauche Pontchâteau... |
REOXYGENER LA VIE POLITIQUE |
Mrpropresoussurveillance |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ipolitis
| Infoalternative
| ECJS : bilan d'une année