chaud

Europe 1 Juin 2013

La carte des manifestations Européennes

Allemagne

Europe 1 Juin 2013 dans chaud Es-werden-weitere-Protestaktionen-der-Blockupy-am-Wochenende-erwartet

Blockupy devant la BCE à Francfort

Frankfurter rundschau

Vidéo

Plusieurs milliers de manifestants à Francfort contre l’austérité:

AFP le 01/06/2013 à 13:22

Plusieurs milliers de personnes, 5.000 selon la police, participaient samedi à Francfort à une manifestation contre les politiques d’austérité en Europe, à l’appel du collectif anticapitaliste Blockupy, a constaté un journaliste de l’AFP.

D’autres manifestations anti-austérité sont également prévues dans le sud de l’Europe.

La manifestation francfortoise, lancée dans le centre de la ville, doit rejoindre les abords de la Banque centrale européenne (BCE) où un rassemblement est prévu aux alentours de 16h30 alors que le 1er juin marque le 15e anniversaire de la fondation de l’institution.

Syndicats et organisations de gauche (Verdi, IG Metall, le parti Die Linke, Attac, etc.) participaient à l’initiative qui fait suite à une autre manifestation organisée la veille et qui avait réuni près de 2.000 personnes contre l’austérité et la spéculation agricole.

« Nous voulons clairement dire que la politique de la banque centrale européenne et de la troïka, soumises à l’influence capitale du gouvernement fédéral, n’est pas la solution », a affirmé à l’AFP Roland Süss, porte-parole de Blockupy.

« J’appartiens à la génération du babyboom et nous avons eu une vie relativement bonne. Mais maintenant, nous nous battons pour notre propre survie », a expliqué à l’AFP Marica Frangakis, 62 ans, une manifestante grecque d’Attac, venue pour un débat organisé par Blockupy.

En Grèce, les gens « sont désespérés après une crise de cinq ans » et « c’est bien de voir que les gens (en Allemagne) se sentent aussi concernés par la crise ».

« Je suis contente de voir les gens ensemble pour exprimer leur solidarité », a-t-elle souligné, ajoutant: « nous avons besoin de plus de solidarité, le capital est uni et fort mais beaucoup de voix s’expriment au nom de la gauche en Europe, ce qui rend les choses plus difficiles ».

A la mi-journée, la présence policière s’était renforcée autour du cortège, les forces de l’ordre exigeant que certains manifestants, cagoulés, se montrent à visage découvert.

A Lisbonne, les manifestants ont prévu de s’arrêter notamment devant la représentation du FMI dans le centre de la capitale afin de protester contre l’austérité imposée par les créanciers internationaux du pays.

« Cette fois-ci, ce ne sera pas seulement le Portugal à battre le pavé, mais tous les peuples de l’Europe vont manifester contre la recette de l’austérité », souligne un communiqué du mouvement apolitique « Que se lixe a troïka » (Que la troïka aille se faire voir), principal promoteur de cette initiative.

Plusieurs collectifs de citoyens ont décidé de se joindre à cette journée d’action, parmi lesquelles l’association de citoyens portugais indignés « 15 octobre », qui avait déjà organisé plusieurs actions de lutte contre la rigueur.

A l’instar de Lisbonne, 17 autres villes portugaises vont participer à cette initiative.

Partis de gauche et anticapitalistes ont aussi appelé à manifester en début de soirée (16h30 GMT) à Madrid, à partir de la Plaza de Neptuno, près du Parlement, lieu de nombreux rassemblements de protestation importants ces derniers mois.

Derrière des mots d’ordre visant là encore la troïka et les politiques d’austérité, les manifestants doivent défiler dans la ville, empruntant une large artère qui passe devant la bourse, la banque centrale d’Espagne et les bureaux de la commission européenne.

Portugal

 Europe dans chaud

Protestos contra a ‘troika’ em 102 cidades europeias

São 18 as cidades portuguesas que participam hoje no protesto do movimento europeu « Povos Unidos contra a troika« , para contestar as políticas de austeridade.
Lusa

9:02 Sábado, 1 de junho de 2013 Expresso

Lisboa, Porto, Aveiro, Beja, Guimarães, Setúbal e Vila Real são algumas das 18 cidades portuguesas que aderiram ao protesto europeu do movimento « Povos Unidos contra a ‘troika’ » que hoje se realiza.

Realizada em 102 cidades europeias de 18 países, todos intervencionados pela ‘troika’ -  Banco Central Europeu, Comissão Europeia e Fundo Monetário Internacional -, a manifestação visa contestar as políticas erradas que se têm desenvolvido nos países  onde tem intervindo.

Em Lisboa, a manifestação, que sai de Entrecampos com destino à Alameda, irá parar na Avenida da República frente às instalações do Fundo Monetário Internacional (FMI), como forma de protesto pelas políticas de austeridade defendidas para Portugal por  esta instituição internacional.

A Plataforma 15 de Outubro e outros movimentos sociais também se vão juntar à manifestação explicando que o protesto « será um repúdio dos povos às políticas da ‘troika’ e dos seus subjugados governos nacionais.

Mais recessão e desemprego

Para a Plataforma, « no caso de Portugal, o governo de Passos e Portas obedece piamente às imposições da ‘troika’ continuando a implementar duras medidas de austeridade que só trarão mais desemprego, recessão, miséria e fome.

« São medidas que farão os trabalhadores regredir mais de 100 anos na sua qualidade de vida, tudo para fazer lucrar cada vez mais », critica.

Também a Associação José Afonso se mostrou solidária com a iniciativa, por considerar que continua a ser necessário « criar desassossego », como José Afonso disse numa entrevista em 1985, refere um comunicado assinado pelo dirigente da associação,  Francisco Fanhais.

100 localidades europeias

Ao protesto, e segundo a organização, já se juntaram mais de 100 localidades em 12 países da Europa (Portugal, Espanha, França, Itália, Grécia, Croácia, Suíça, Áustria, Alemanha, Reino Unido, Irlanda e Holanda).

« Desta vez não será apenas Portugal a sair à rua, serão todos os povos da Europa a manifestar-se contra a receita da austeridade, a favor de que sejam os povos a decidirem as suas vidas », lê-se num comunicada do movimento « Que se lixe a Troika ».

O linguista e a escritora norte-americanos Noam Chomsky e Susan George, o realizador britânico Ken Loach e a jornalista espanhola Pilar del Río contam-se entre os apoiantes da manifestação internacional de hoje.

 

AFP le 01/06/2013 à 20:21

Cartons rouges, chants et sifflements ont marqué les manifestations contre l’austérité qui ont rassemblé des milliers de personnes samedi après-midi à Lisbonne et dans les principales autres villes portugaises contre les mesures d’austérité mises en oeuvre au Portugal depuis deux ans.

« Basta! », « Troïka dehors! » « Gouvernement démission! », « Respect! », avaient écrit sur des pancartes des protestataires, qui sifflaient et brandissaient des cartons rouges devant la représentation du Fonds monétaire international (FMI) à Lisbonne, sur l’une des principales artères de la capitale où la circulation automobile avait été coupée.

« Troïka, gouvernement dehors! », « arrêtons cette politique! », scandaient également les manifestants contre le programme de rigueur imposé depuis deux ans par la troïka des créanciers du Portugal, à savoir l’Union européenne, la Banque centrale européenne et le FMI, en échange d’une aide financière de 78 milliards d’euros.

Les protestataires, qui ont défilé à l’appel du mouvement apolitique « Que se lixe a troika » (« Que la troïka aille se faire voir ») et de plusieurs collectifs de citoyens, ont également entonné « Grandola Vila Morena » : cet hymne de la révolution des oeillets, qui avait renversé en 1974 la dictature salazariste, est régulièrement repris pendant des manifestations contre l’austérité.

« Je ne suis pas responsable de leurs erreurs. C’est injuste d’entendre ensuite que certains gardent leurs privilèges tandis que la population doit se serrer la ceinture! », a confié à l’AFP Manuel Oliveira, agent de sécurité.

« Il faut que ça cesse. Malheureusement, je crois qu’il ne nous reste plus qu’à faire la révolution. Ces manifestations n’y changeront rien », a affirmé pour sa part une retraitée lisboète qui tenaient une pancarte réclamant le départ de la troïka.

Des représentants des principaux partis d’extrême gauche se sont également joints aux manifestants à Lisbonne.

« Ce jour a une symbolique et une force particulières car il rassemble des pays européens, les peuples d’Europe, dans la lutte contre le chantage de la finance et la troïka », a déclaré Catarina Martins, coordinatrice du Bloc de gauche.

Arménio Carlos, secrétaire général de la CGTP, principal syndicat portugais qui a annoncé vendredi une grève générale pour le 27 juin prochain, a également défilé samedi dans la capitale portugaise.

A Lisbonne, il n’y a pas eu d’évaluations du nombre des manifestants, mais à Porto, la capitale du nord du pays, ils étaient près de mille, selon la police, et 3.000 selon les organisateurs, à battre le pavé contre l’austérité.

A l’instar des principales villes portugaises, des manifestation conte l’austérité ont aussi eu lieu à Francfort, à Madrid et dans plusieurs autres villes européennes.

Espagne

1370083518_214102_1370084595_noticia_normal mouvements sociaux

Portugal lidera una gran manifestación en Europa contra la troika

Doce países, entre ellos España, Francia, Italia, Grecia, Alemania o Reino Unido, celebran una marcha contra la receta de la austeridad

Antonio Jiménez Barca Lisboa 1 JUN 2013 – 12:45 CET282 El Pais
El colectivo portugués Que se lixe a troika (Que se joda la troika), un grupo catalizador de la protesta callejera lusa que ya ha organizado (con éxito multitudinario) dos manifestaciones callejeras antitroika y antiausteridad, en septiembre y en marzo, respectivamente, organiza hoy otra una tercera. Con una novedad: esta vez, la protesta, bajo el lema “pueblos unidos contra la troika”, no será solo portuguesa. Miembros de este colectivo ser reunieron en abril con representantes de otros colectivos europeos y decidieron internacionalizar la convocatoria. “Esta vez no será solo Portugal la que salga a la calle. Serán todos los pueblos de Europa los que se manifiesten contra la receta de la austeridad y a favor de que los pueblos decidan sus vidas”, asegura este colectivo a través de un comunicado. Hay manifestaciones convocadas en 12 países europeos, entre los que se cuentan España, Francia, Italia, Grecia, Alemania o Reino Unido.

La marcha de Lisboa, probablemente la más numerosa de todas, arrancará a las 17.00 (hora local, una hora más tarde en España) e incluirá varios colectivos y asociaciones que, por lo general, acuden siempre a las convocatorias de Que se lixe a troika, entre las que se cuentan asociaciones de jubilados que luchan por defender sus pensiones o sindicatos de funcionarios que rechazan los recortes inminentes en la función pública previstos por el Gobierno del conservador Pedro Passos Coelho.

Las otras dos marchas organizadas por Que se lixe a troika fueron inesperadamente multitudinarias. La de septiembre del año pasado, que reunió a centenares de miles de personas solo en Lisboa, sorprendió a todo el mundo, incluido al Gobierno, que reculó en la aplicación de una rebaja de sueldos general. La de marzo también fue muy numerosa y se cerró con el emocionante canto de la canción-símbolo de la Revolución de los Claveles, Grândola Vila Morena.

 El Pais

France

Toulouse n’était pas la seule ville à virer au rouge ce samedi. Au total, une quarantaine de manifestations ont été organisées partout en France à l’appel du Front de Gauche, sous forme de marche citoyenne, d’apéro citoyen ou de simple rassemblement. Dimanche, ils se rendront dans une dizaine d’autres communes, dont Perpignan (Pyrénées-Orientales), où Jean-Luc Mélenchon sera de nouveau au rendez-vous.

 

WebAnalytics

Mots-clefs :,

Une réponse à “Europe 1 Juin 2013”

  1. Le 1 juin 2013 à 15 h 57 min yakafoke a répondu avec... #

    Que les artères du cœur européen se gonfle des colères des peuples humiliés ! Solidarité !

Ajouter votre réponse

Pcfrontdegauche Pontchâteau... |
REOXYGENER LA VIE POLITIQUE |
Mrpropresoussurveillance |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ipolitis
| Infoalternative
| ECJS : bilan d'une année