Grande-Bretagne

Enfoncer le coin

Un ministre britannique favorable à une sortie de l’UE:

LONDRES, 12 mai (Reuters) – Le ministre britannique de l’Education, Michael Gove, a annoncé dimanche qu’il soutiendrait une sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne si un scrutin était organisé sur la question des relations actuelles entre Londres et Bruxelles.

Le Premier ministre David Cameron voit s’accentuer les pressions au sein du Parti conservateur en faveur d’un retrait britannique de l’UE.

Une centaine de parlementaires conservateurs s’apprêtent à soutenir cette semaine un amendement condamnant un projet de loi présenté mercredi par le gouvernement de coalition mené par Cameron.

Les élus estiment que ce texte ne va pas assez loin car il ne comporte pas la mention d’un référendum sur l’avenir de la Grande-Bretagne au sein de l’Europe communautaire.

Les ministres ont reçu instruction de ne pas rejoindre la fronde mais ont été autorisés à s’abstenir, signe des divisions croissantes qui traversent le camp des « Tories » depuis des décennies sur ce sujet.

Trois ministres, dont Michael Gove, avaient indiqué qu’ils entendaient s’abstenir sur le projet de loi mais le secrétaire à l’Education, parfois perçu comme un rival de Cameron, a fait un pas supplémentaire en exprimant son soutien à une éventuelle sortie de l’UE.

« Je ne suis pas satisfait de notre situation au sein de l’Union européenne et ma préférence va à un changement de relation entre la Grande-Bretagne et l’Union européenne », a-t-il dit.

« La vie en dehors (de l’UE) serait parfaitement supportable, nous pourrions regarder ce qu’il s’y passe, il y aurait certains avantages », a-t-il jugé.

Contraint de gouverner depuis 2010 avec des libéraux démocrates pro-européens, David Cameron avait promis que son parti allait arrêter « de lui casser les pieds à propos de l’Europe ».

Ce sont les disputes à propos de l’Europe qui avaient eu raison des gouvernements de ses prédécesseurs conservateurs, Margaret Thatcher et John Major.

Les Tories s’inquiètent des récents succès électroraux du Parti pour l’indépendance du Royaume Uni (UKIP) qui vient chasser sur leurs terres et risque de leur faire perdre les élections générales de 2015.

(Michael Holden; Pierre Sérisier pour le service français, édité par Jean-Philippe Lefief)

Enfoncer le coin dans Grande-Bretagne

WebAnalytics

Mots-clefs :,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Pcfrontdegauche Pontchâteau... |
REOXYGENER LA VIE POLITIQUE |
Mrpropresoussurveillance |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ipolitis
| Infoalternative
| ECJS : bilan d'une année