hydraulique

Pas encore fluide


L’hydrolienne d’EDF bloquée dans la rade de Brest inquiète les pêcheurs du Finistère

AFP

paru le 25 janv. 2013 à 20 :00

Le comité des pêches du Finistère a dit vendredi dans un communiqué s’inquiéter de la présence depuis septembre, en raison d’un problème technique, de l’hydrolienne d’EDF en plein milieu d’un gisement de coquilles Saint-Jacques, dans la rade de Brest, et a posé plus largement la question de l’impact du développement des énergies marines renouvelables sur leur activité.

Depuis septembre, « les pêcheurs de coquilles de la rade de Brest vivent une cohabitation forcée avec l’hydrolienne bloquée au beau milieu d’un gisement de coquilles Saint-Jacques », indique le comité dans un communiqué.

« L’incident est survenu en septembre. Depuis six mois, EDF et leur partenaire Openhydro ne trouvent pas de solutions rapides » pour la remonter à la surface, regrette le comité des pêches.

« Les pêcheurs sont tout à fait conscients de l’enjeu qu’implique le développement des énergies marines renouvelables mais pour autant ne peuvent accepter de subir les effets d’incidents techniques imputables au promoteur », poursuit le communiqué.

Au-delà de cette question, les pêcheurs finistériens s’inquiètent de la multiplication de tels essais et de la manière dont les risques qui, selon eux, y sont associés peuvent être pris en compte.

Ils estiment enfin que la technique qui sera utilisée pour remonter à la surface l’hydrolienne « ne manquera pas d’impacter le milieu et notamment les juvéniles de coquilles semées à proximité par les marins ».

« Cet incident est un cas d’école. Au-delà de la gêne occasionnée aux pêcheurs, il pose de façon très aiguë la question des impacts du démantèlement des parcs industriels en mer », poursuit le communiqué.

L’hydrolienne d’EDF est bloquée depuis le 15 septembre par 25 mètres de fond dans la rade de Brest à cause d’une avarie de la barge servant à la transporter.

EDF souhaite la mettre en service fin 2013 sur le site de Paimpol-Bréhat (Côtes-d’Armor). Trois autres appareils doivent compléter ce parc à l’été 2014.

L’énorme turbine d’un diamètre de 16 mètres et de 850 tonnes, servant à fabriquer de l’électricité grâce à la force des courants, avait déjà été immergée pour une première phase d’essais d’octobre 2011 à janvier 2012 sur le site de Paimpol.

Le secteur des énergies marines est en pleine effervescence en France et l’Etat encourage son développement dans l’espoir de faire émerger une nouvelle filière industrielle.

WebAnalytics

Mots-clefs :, ,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Pcfrontdegauche Pontchâteau... |
REOXYGENER LA VIE POLITIQUE |
Mrpropresoussurveillance |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ipolitis
| Infoalternative
| ECJS : bilan d'une année