pollution

Après la bourse le travail ou la vie

l’aciérie Ilva accusée de rejet de dioxine.

Après la bourse le travail ou la vie dans pollution  L’usine géante de tarente, située au sud-est de l’Italie, en danger de fermeture  suite à sa mise sous séquestre pour pollution environnementale jusqu’à sa remise aux normes.

Alors que la juge Patrizia Todisco, en prononçant le séquestre, avait ordonné l’arrêt de toutes les machines des secteurs « à chaud », le tribunal a ainsi décidé que l’entreprise conservait, malgré la mise sous scellés, la « faculté d’utilisation » du site et pourra donc continuer à y produire de l’acier. En outre, le tribunal de réexamen a remis en liberté cinq des huit dirigeants d’Ilva placés en état d’arrestation il y a dix jours. En revanche le tribunal a confirmé l’assignation à résidence du propriétaire d’Ilva, Emilio Riva, de son fils Nicola et de l’ex-dirigeant de l’usine de Tarente, Luigi Capogrosso.

L’actuel PDG d’Ilva, Bruno Ferrante, a été pour sa part désigné par le tribunal comme « gardien et administrateur des installations ». Il sera chargé de superviser les travaux d’assainissement du site pour lesquels le gouvernement a alloué récemment 336 millions d’euros. Le ministre du développement, Corrado Passera, jugeant « inacceptable de devoir choisir entre le pain ou le poison », s’est dit confiant que « les efforts de l’entreprise, les ressources mises à disposition par le gouvernement et la bonne volonté permettront d’éviter la fermeture ».

L’affaire Ilva est emblématique car une étude épidémiologique a démontré en 2011 dans la région de Tarente un excès de mortalité évalué à entre 10 et 15 %, en raison notamment d’un très important rejet de dioxine. Au moment de la mise sous séquestre, l’association de défense de l’environnement « Tarente respire » avait salué « un tournant historique », en jugeant que « la magistrature est intervenue là où la politique a échoué ». Mais les ouvriers soutenus par les trois plus grands syndicats avaient réclamé le maintien de leur emploi, préférant, comme avait déclaré l’un d’entre eux aux médias italiens, « mourir de cancer que de faim ».

Le 2 août, des milliers de salariés avaient manifesté dans Tarente contre le risque de fermeture de l’usine, qui aurait constitué une véritable catastrophe économique dans cette région des Pouilles. L’Ilva produit près de 70 % du produit intérieur brut de cette région, une des plus pauvres de la Péninsule.

Vendredi soir, la juge Patrizia Todisco a envoyé une notification à Ilva lui interdisant de continuer la production dans le secteur « à chaud » (hauts-fourneaux, cokerie), se basant sur des rapports ayant démontré une surmortalité anormale à Tarente liée au rejet de grandes quantités de polluants dont la dioxine.

Les dirigeants de la plus grande usine sidérurgique d’Europe, qui produit à elle seule 9 des 28 millions de tonnes d’acier fabriquées annuellement en Italie et emploie 11.500 salariés (auxquels s’ajoutent plus de 8.000 emplois induits), sont visés par une procédure judiciaire pour « catastrophe environnementale ».

Lundi dans la matinée, le gouvernement italien a de son côté annoncé son intention de déposer un recours devant la Cour constitutionnelle pour éviter la fermeture de la plus grande aciérie d’Europe.

« Nous demanderons à la Cour Constitutionnelle de vérifier qu’un de nos pouvoirs n’ait pas été violé : celui consistant à mener la politique industrielle », a expliqué le Secrétaire à la présidence du Conseil, Antonio Catricalà dans une interview à Radio Uno.

Pour M. Catricalà, la décision d’un juge de Tarente de mettre sous séquestre les installations « à chaud » de la plus grande aciérie d’Europe dans le cadre d’une enquête pour catastrophe environnementale, est « disproportionnée ».

La direction de l’usine Ilva de Tarente , la plus grande aciérie d’Europe, et le gouvernement utiliseront « tous les recours possibles » pour éviter la fermeture du site .

 WebAnalytics

Mots-clefs :, , ,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Pcfrontdegauche Pontchâteau... |
REOXYGENER LA VIE POLITIQUE |
Mrpropresoussurveillance |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ipolitis
| Infoalternative
| ECJS : bilan d'une année