économie

La crise …..de foie gras peut-être

La crise .....de foie gras peut-être dans économieBénéfice et ventes bondissent au premier semestre

Le géant mondial du luxe LVMH (Louis Vuitton, Bulgari, Céline, etc.) a annoncé jeudi un bond de 28% de son bénéfice net au premier semestre 2012 et des ventes à l’unisson (+26%), qui permettent au groupe d’aborder la deuxième partie de l’année « avec confiance ».

Le bénéfice net atteint 1,68 milliard d’euros et les ventes 12,9 milliards d’euros sur les six premiers mois de l’année, le tout légèrement au-dessus du consensus des analystes de l’agence DowJones Newswires.

Le résultat opérationnel courant affiche une croissance de 20% à 2,66 milliards, après de très bonnes performances déjà enregistrées l’an dernier.

En termes organiques, la croissance des ventes a atteint 12% au premier semestre.

Le groupe ne donne pas d’indication chiffrée pour l’année 2012, comme d’habitude.

Après des progressions des ventes demeurées « soutenues aux Etats-Unis, en Europe et en Asie » au premier semestre, il se dit néanmoins confiant pour la seconde partie de l’année.

« Dans un marché mondial en forte croissance mais un environnement économique incertain en Europe, LVMH poursuivra ses gains de parts de marché », indique le groupe.

Et notamment en Chine où « il n’y a aucun changement de tendance », a déclaré le directeur financier, Jean-Jacques Guiony, alors que les analystes craignent que le moteur mondial de la croissance du marché du luxe ne se grippe.

Dans ce pays, la croissance du groupe a été constante sur les deux trimestres, avec un contraste entre les vins et spiritueux ainsi que parfums et cosmétiques qui progressent, tandis que la mode et le cuir « baissaient un peu » et que les montres et joaillerie connaissaient un ralentissement plus marqué.

Au premier semestre et sur l’ensemble des marchés, la mode et maroquinerie, division qui compte la pépite Louis Vuitton, a accru ses ventes de 17% à 4,65 milliards d’euros pour un résultat opérationnel en hausse de 10% à 1,5 milliard d’euros.

Chez Louis Vuitton, « les dépenses de marketing ont augmenté plus vite que les ventes », pesant sur la rentabilité, mais le groupe « ne s’attend pas à ce que cela se reproduise au deuxième semestre, a assuré M. Guiony.

Les ventes ont été particulièrement dynamiques dans les vins et spiritueux (+23% à 1,76 milliard d’euros pour un résultat opérationnel courant en hausse de 20% à 496 millions d’euros), avec de bonnes performances pour les champagnes, ainsi qu’aux Etats-Unis et en Asie.

Dans les montres et la joaillerie, la performance a été gonflée par la consolidation des résultats de Bulgari, dont résulte un doublement des ventes publiées, à 1,34 milliard d’euros, pour un résultat opérationnel en hausse de 87% à 159 millions d’euros.

En termes organiques de cette division, la croissance des ventes a atteint 13%.

Autre grosse division de LVMH, la distribution sélective, avec un chiffre d’affaires en hausse de 27% à 3,59 milliards d’euros pour un résultat opérationnel augmenté de 30% à 373 millions d’euros, « poursuit une excellente dynamique portée par le développement des clientèles asiatiques », avec de fortes croissances à Hong Kong, Macao, Singapour et en Amérique du Nord. Sephora « gagne des parts de marché », là où la chaîne est implantée.

Dans les parfums et cosmétiques, les ventes ont crû de 14% à 1,72 milliard d’euros pour un bénéfice opérationnel en hausse de 9% à 197 millions d’euros.

Dans l’ensemble, le luxe continue d’ignorer la conjoncture mondiale déprimée et même les craintes d’un ralentissement de la demande en Chine, son principal moteur de croissance, comme en attestent l’ensemble des résultats insolents des groupes du secteur.

 WebAnalytics

Mots-clefs :,

Les commentaires sont fermés.

Pcfrontdegauche Pontchâteau... |
REOXYGENER LA VIE POLITIQUE |
Mrpropresoussurveillance |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ipolitis
| Infoalternative
| ECJS : bilan d'une année