nucléaire

Les japonais ont-ils raison de s’opposer au redémarrage, en cours, des centrales ?

Ci-dessous un extrait d’un article du blog de Fukushima (lien dans la liste en bas à droite).

Un contributeur a traduit le rapport d’une commission Japonaise indépendante(disponible en anglais),je reprends ici uniquement la partie conclusion.

 

Les japonais ont-ils raison de s'opposer au redémarrage, en cours, des centrales ? dans nucléaire Les conclusions de la commission parlementaire indépendante

a) Les estimations et les questions (gênantes) de la commission

- « L’accident nucléaire de Fukushima Daiichi ne peut pas être considéré comme une catastrophe naturelle. Nous concluons que l’accident était clairement d’origine humaine. Il aurait pu et aurait dû être prévu et empêché. De plus, ses effets auraient pu être atténués par une réponse plus efficace » p 9. « Nous croyons que les causes profondes étaient les systèmes organisationnels et réglementaires qui ont couvert des décisions et des actions erronées, plutôt que des questions relatives à la compétence d’un quelconque individu » p 16.

- « L’opérateur (TEPCO), les organismes de réglementation (NISA et NSC [8]) et l’organisme gouvernemental de promotion de l’industrie nucléaire (METI), ont tous échoué à correctement définir les exigences de sécurité les plus élémentaires, tels que l’évaluation de la probabilité d’un accident, la préparation à contenir les effets d’un tel désastre, et l’élaboration de plans d’évacuation du public dans le cas d’un relâchement important de radionucléides » p 16.

- « Comment est-il devenu habituel de résister à la pression réglementaire et de dissimuler les petits accidents ? » p 9. « Par exemple, lorsque les risques de tsunami étaient évoqués, TEPCO ne les examinaient que du point de vue de ses propres intérêts : cela pouvait-il se traduire par un arrêt des réacteurs ou affaiblir leur position dans d’éventuelles poursuites juridiques ? » p 20. 

- « Comment un tel accident a-t-il pu se produire au Japon, une nation qui a une telle préoccupation de sa réputation d’excellence en ingénierie et en technologie ? » p 9. « L’accident nucléaire de Fukushima a été le résultat (i) d’une collusion entre le gouvernement, les organismes de réglementation et l’opérateur, et (ii) de la gestion défectueuse desdites parties » p 16. Plus globalement, « l’énergie nucléaire est devenue une force échappant au contrôle de la société civile. Sa régulation a été confiée à une bureaucratie gouvernementale engagée dans sa promotion » p 9.

b) La catastrophe aurait pu être encore plus grave

« De nombreux niveaux de sécurité ont été violés simultanément, tandis que l’alimentation électrique des quatre réacteurs était perdue. S’il n’y avait pas eu certains événements fortuits — tels que le fonctionnement heureusement pérenne du RCIC [9] du réacteur 2, l’éclatement de son panneau de soufflage ad hoc et le relâchement de pression qui s’en est suivi, la rapidité avec laquelle les sous-traitants ont nettoyé l’épave — les réacteurs 2 et 3 auraient été dans une situation encore plus précaire ». […]

« La Commission conclut que la situation a continué à se détériorer parce que le système de gestion de crise du Kantei [10], des régulateurs et des autres organismes responsables n’ont pas fonctionné correctement. Les limites définissant les rôles et les responsabilités des uns et des autres étaient problématiques, en raison de leurs propres ambiguïtés » p 18.

c) La confusion dans l’évacuation des résidents

- « Certaines personnes ont été évacuées vers des zones [à forts rayonnements] et ont ensuite été laissées sur place, ne recevant plus aucune nouvelle consigne d’évacuation avant le mois d’Avril […] parce que les informations de surveillance n’avaient pas été fournies. […] Le gouvernement n’a pas sérieusement mis en place des programmes pour aider les citoyens à comprendre la situation et à se faire leur propre opinion. Il a échoué par exemple à expliquer les risques liés aux irradiations pour différents couches de la population comme les nourrissons et les jeunes ou les personnes particulièrement vulnérables aux effets des radiations ». […]

- « La Commission conclut que la confusion dans l’évacuation des résidents découle de la négligence des régulateurs, de l’échec persistant à mettre en œuvre les mesures adéquates contre une catastrophe nucléaire, ainsi que d’un manque d’action des gouvernements précédents et des régulateurs sur la gestion des crises. Le système de gestion de crise qui existait pour le Kantei et les régulateurs devait protéger la santé et la sécurité du public, mais il a échoué dans cette fonction ». […]

- « Il n’y a pas de fin prévisible aux activités de décontamination et de restauration qui sont essentiels pour la reconstruction des communautés » p 19.

 WebAnalytics

Mots-clefs :, ,

Pcfrontdegauche Pontchâteau... |
REOXYGENER LA VIE POLITIQUE |
Mrpropresoussurveillance |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ipolitis
| Infoalternative
| ECJS : bilan d'une année