économie

Oeuvre britannique

Oeuvre britannique dans économie

d'autres y pensent pour tous

Sortie en douceur de la zone euro: Et le meilleur scénario est…

L’équipe dirigée par le chef économiste de Capital Economics a remporté jeudi le Prix Wolfson, lancé par le centre de réflexion britannique Policy Exchange…

De la méthode et  de la discrétion: voilà les clés d’une sortie sans turbulences de la zone euro selon les experts de la société de recherche indépendante Capital Economics, dirigée par l’économiste Roger Bootle.

Leur «Guide pratique» pour quitter l’euro est apparu à l’unanimité comme le scénario le plus crédible au prestigieux jury d’économistes du Prix Wolfson. 

Le Jour J tenu secret le plus longtemps possible

Parmi les conseils livrés par ces experts: tenir secrète la date de l’annonce publique de la sortie de la zone euro à ses partenaires européens jusqu’à trois jours avant le jour J. Ils recommandent aussi que cette annonce soit faite un vendredi, pour un abandon de l’euro le lundi suivant et qu’immédiatement après cette annonce, les banques nationales et les marchés financiers soient fermés pour empêcher la fuite des capitaux.

Autre clé du succès de l’opération: introduire une nouvelle monnaie à parité avec l’euro le jour de la sortie afin que tous les salaires, prix, emprunts et dépôts soient convertis dans cette nouvelle monnaie. Les billets et pièces en euros resteraient utilisables pour les petites transactions pendant jusqu’à six mois.

Un bilan positif pour le monde entier ?

Cet abandon doit être également associé à des engagements de discipline  budgétaire: les experts préconisent ainsi que le pays sortant annonce «immédiatement un régime de ciblage de l’inflation, surveillé par un organisme d’experts indépendants», adopte «un ensemble de règles fiscales strictes», proscrive «l’indexation des salaires» et annonce «l’émission d’obligations gouvernementales indexées sur l’inflation».

Au final, si les gagnants du prix Wolfson reconnaissent qu’il  y aura bien des gagnants et des perdants dans le processus, ils  assurent que «l’effet net global serait remarquablement positif pour la future croissance et la prospérité à venir des membres actuels – et du monde dans son ensemble». Puissent-ils avoir raison.

WebAnalytics

Mots-clefs :, ,

Pcfrontdegauche Pontchâteau... |
REOXYGENER LA VIE POLITIQUE |
Mrpropresoussurveillance |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ipolitis
| Infoalternative
| ECJS : bilan d'une année